Interview de l’initiateur du FondsGoetheanum

Le FondsGoetheanum est un mouvement qui s’engage durablement et culturellement pour les valeurs humaines.


Marc Desaules, membre du comité de la Société anthroposophique suisse, explique dans cette interview pourquoi le FondsGoetheanum est nécessaire.

Quel est le sens et le but du tout récent FondsGoetheanum?

De nombreuses personnes apprécient et utilisent les prestations et les produits issus de la recherche anthroposophique que sont par exemple les produits Demeter, les cosmétiques et les médicaments Weleda et Wala/Hauschka, les écoles Steiner, les homes de pédagogie curative, les cliniques anthroposophiques... mais ces utilisateurs ne savent souvent pas tout ce que cela présuppose de recherche continue et engagée. Et donc de créativité, de travail et de ténacité pour créer ces produits et ces prestations. L’objectif du FondsGoetheanum est de soutenir directement et efficacement cette recherche.

Comment le fonds est-il organisé?

Sobrement et efficacement. Chaque don est partagé en deux: une moitié va à la recherche appliquée du domaine d’activités correspondant en Suisse et l’autre moitié est remise pour la recherche fondamentale à la Section correspondante du Goetheanum à Dornach SO (Suisse).

Qui est derrière le FondsGoetheanum?

Le mouvement anthroposophique suisse au sens le plus large. Juridiquement, ce fonds est hébergé par la Société anthroposophique suisse, qui gère fiduciairement et avec transparence les flux financiers de ce fonds.

Quelles impulsions le FondsGoetheanum donnera-t-il?

Il est prévu de diffuser largement une ou deux fois par an une publication sur le travail et les recherches des différents domaines d’activités. Des exemples concrets illustreront l’état des travaux, les défis, les perspectives et les réussites.

Quels domaines cette information couvrira-t-elle?

Les premières éditions étaient consacrées à la l'agriculture biodynamique, à la médecine anthroposophique et aux soins, à la pédagogie, à la pédagogie curative et à la sociothérapie. Celle-ci l'est aux phénomènes qui accompagne la vieillesse et la mort. Suivront les arts, l'économie et d'autres sujets importants de l'actualité contemporaine.

À quel point la méthode anthroposophique est-elle durable?

Je crois qu’elle n’est pas seulement foncièrement durable, mais bien plus que cela: elle est formatrice de culture. Durable veut dire conserver la situation actuelle pour les générations futures. L’approche anthroposophique souhaite aller plus loin, l'améliorer et la développer, la cultiver, l'humaniser, ce qui engage tout un chacun et le place face à sa liberté et sa responsabilité.

Y a-t-il des preuves scientifiques de cela?

Oui, bien sûr, de toute sorte et dans des domaines très divers. Je peux citer comme exemple cet essai agricole de longue durée, l’essai DOC, qui compare depuis 30 ans les trois méthodes d’agriculture bioDynamique, Organo-biologique et Conventionnelle (PI). Cet essai prouve scientifiquement et incontestablement les avantages de la méthode biodynamique non seulement pour la conservation de la fertilité de la terre mais aussi pour son amélioration.

Qui profite du FondsGoetheanum?

Les domaines d’activités actifs en Suisse recevront la moitié des dons pour financer leurs recherches appliquées, et les Sections du Goetheanum correspondantes recevront l’autre moitié pour leurs recherches fondamentales. Mais le monde entier en profitera indirectement puisque les résultats de ces recherches contribuent partout – bien que souvent de manière imperceptible – aux progrès de la civilisation.

Quels sont les produits qui concrétisent les idées du FondsGoetheanum?

Il y en a beaucoup, comme par exemple les produits de l’agriculture biodynamique, les cosmétiques Weleda, Wala ou Tautropfen, les savons et lessives Sonett, les médicaments homéopathiques de la pharmacopée anthroposophique, mais aussi les cures et thérapies les plus diverses. Et n’oublions pas la méthode pédagogique d’enseignement des écoles Steiner, la pédagogie spécifique toujours plus importante pour l’éducation des petits enfants ou les méthodes de pédagogie curative – pour ne citer que les plus connues. Les résultats des recherches scientifiques ou artistiques générales sont quant à eux moins frappants – mais tout aussi importants!

Pourquoi vous engagez-vous pour le FondsGoetheanum?

Parce que je suis convaincu que nous n’avons pas seulement besoin de plus de durabilité, mais aussi de plus de culture, de créativité, d’humanité – du moins si nous voulons permettre une condition humaine authentique et effective, c'est-à-dire libre et responsable, pour les générations à venir.

Comment peut-on contribuer au développement des idées du FondsGoetheanum?

Chacun peut le faire en versant une contribution libre unique ou répétée. Nous continuerons d’informer régulièrement et largement le public sur le travail et le développement du FondsGoetheanum.

Marc Desaules

Interview avec
Marc Desaules
, membre du Comité de la Société anthroposophique suisse et responsable du FondsGoetheanum.