La nature à fleur de peau : une approche scientifique

La nature se compose de nombreuses communautés de vie qui interagissent et sont en relation les unes avec les autres. Les connaître scientifiquement signifie les voir comme un tout, les découvrir avec attention et entrer en relation avec elles.

L’enseignement de la biologie doit être pratique et vivant. Il est d’autant plus vivant qu’il permet une rencontre directe avec les phénomènes naturels. Cette confrontation directe avec la nature et son vécu intense métamorphose en aptitudes nouvelles ce qui a été préparé durant le cours. Surtout si l’on ne se contente pas d’observer les grands phénomènes qui s’y déroulent, mais que l’on approfondit ces observations en faisant soi-même des recherches et en ressentant les lois de la nature.

A la recherche de connaissances indépendantes.

Comprendre la vie d’un paysage

Etant donné la situation de l’environnement aujourd’hui, l’écologie a une mission tout à fait particulière. C’est pourquoi, durant le stage pratique de biologie marine de la onzième classe (élèves de 17 ans) de l’Atelierschule Zurich, on ne se contente pas d’examiner avec précision les différents organismes, mais on aborde leurs interactions dans leurs diverses communautés de vie. Nous avons choisi pour ce stage l’île d’Yeu. Cette île française se trouve dans l’Atlantique, à une vingtaine de kilomètre à l’ouest de la Vendée (Pays de la Loire). Elle offre sur un petit espace une mosaïque de biotopes et de biocénoses les plus divers (les hauts-fonds par exemple), qui permettent de faire des analyses comparatives. Pour rendre vivantes la pensée et la démarche d’une manière interdisciplinaire, on étudie d’une part l’astronomie et, d’autre part, les facteurs non biotiques qui marquent de leur sceau un espace de vie (climat, atmosphère, eau et lumière). On peut ainsi comprendre la vie qui caractérise un paysage.
Les côtes de l’île d’Yeu présentent une multitude d’espaces de vie différents : d’une part des dunes avec de petites zones de hauts-fonds sablonneux et une magnifique végétation, comprenant diverses plantes méditerranéennes, et, d’autre part, des falaises abruptes, avec d’importantes zones de hauts-fonds rocheux et une végétation déformée par le vent, dont les communautés végétales rappellent la moyenne montagne européenne.
Pour l’étude pratique de la biologie, les sujets sont donnés par les hauts-fonds sablonneux et rocheux (découvrir les algues, notamment par des excursions avec palmes et tuba, observer les divers animaux), la végétation des dunes (formes et types de croissance, associations végétales et leur succession, c’est-à-dire transitions entre les différents états des communautés végétales et animales) et les plantes qui colonisent les falaises. Ces observations se terminent par une analyse comparative des différents espaces de vie à partir de toutes les observations effectuées.

Reconnaître les grands plans de la nature, les intérioriser et les approfondir.

Une vision globale incluant le cosmos

Les élèves font un compte-rendu par écrit sur ce qu’ils ont observé dans chacun des lieux et approfondissent les sujets par un travail en groupes, de façon à comprendre les rapports globaux à partir des études concrètes. L’astronomie et l’observation régulière des étoiles permettent de voir la Terre non seulement comme un tout, mais aussi dans ses relations avec le cosmos.Un participant (Simon Zürrer) écrit à propos du stage pratique : « Lorsque maintenant, après presque une année, je jette un regard en arrière, je ressens de nouveau l'enthousiasme de toute la classe : ces trois semaines sur cette île incroyablement belle, le travail quotidien dans la nature, le temps, notre mobilité grâce aux vélos, l'expérience et la connaissance acquise des rapports écologiques, les discussions sur les phénomènes de la nature et de l'environnement, la vie partagée avec tous ceux de la classe, les observations nocturnes du ciel étoilé au télescope, les observations au microscope de l'eau de mer et du plancton... Tout cela, et bien d’autres choses encore, font de ce stage d’écologie et de biologie marines une expérience inoubliable, qui a accru ma conscience et mon intérêt pour la fragilité écologique de notre monde. »

Dr Ulrich Wunderlin

Literature:
Bildung und Lebensgestaltung ehemaliger Schüler von Rudolf Steiner Schulen in der Schweiz: eine Absolven tenbefragung. D. Randoll/H. Barz (éd.). ISBN 978-3-631-56491-2

Lebenstüchtig: 42 Porträts von ehemaligen SchülerInnen. (5 francs plus frais de port), à commander à l’adresse www.steinerschulen.ch

Faire un don

D’anciens élèves de l’école Steiner construisent la voiture du futur

Les frères Piffaretti sont les constructeurs de Lampo, une voiture de sport électrique. 

Marco Piffaretti a inventé une voiture alimentée uniquement par l’électricité, son frère Dario l’a aidé à construire le prototype. La voiture a été présentée au Salon de l’auto à Genève en mars 2009.
L’idée de Marco Piffaretti est de construire des voitures dans le même esprit que les maisons minergie, c’est-à-dire avec un rendement énergétique très élevé. Un moteur électrique a un rendement six fois plus élevé qu’un moteur à combustion. En même temps, il ménage l’environnement, surtout quand il est alimenté par l’énergie solaire.
La vie de Marco Piffaretti a été déterminée par un moment particulier : le premier cours de physique à l’école Steiner de Lugano. Son professeur, Carlo Rizzi, avait emmené toute sa classe en ville en emportant un gong. Il a frappé sur celui-ci au bout d’une ruelle, tandis que les élèves se tenaient à l’autre bout : ils ont ainsi pris conscience que la vitesse de la lumière est très supérieure à celle du son. Ils n’avaient donc pas commencé par apprendre des formules, mais par vivre très concrètement les lois de la physique. Depuis, Marco Piffaretti cherche à connaître la réalité des choses, observe et pense par lui-même.
www.protoscar.com

Son frère Dario a un atelier de précision, ce qui exige souplesse et exactitude, et oblige à comprendre rapidement les souhaits des clients. Ce qui a été déterminant pour lui, c’est la façon dont les professeurs de l’école Steiner de Zurich l’ont accompagné et soutenu, l’aidant ainsi à trouver sa propre voie et à la suivre. Malgré ses difficultés initiales en mathématiques, ils ont réussi à éveiller son intérêt pour cette science. Or s’il n’avait pas découvert le plaisir qu’elle peut procurer, il ne serait pas capable aujourd’hui de diriger son entreprise. 
www.metaltool.ch