Les abeilles fabriquent des médicaments

Les abeilles fabriquent des substances extraordinaires, qui ont une action thérapeutique. Dans le domaine médical, on utilise du miel avec succès pour soigner des blessures. La cire d’abeille lève des blocages et apaise les douleurs, et le venin d’abeille s’avère une substance très puissante contre les douleurs articulaires et les inflammations chroniques.

Il existe des relations très profondes entre les abeilles et l’être humain. C’est par exemple un fait unique dans le règne des insectes que les abeilles mellifères, dans leur ruche, entretiennent activement autour du couvain une température très proche de celle du corps humain 1). Dans un espace où règne une température proche de celle de l’être humain, les abeilles mellifères condensent dans leur ruche des substances extraordinaires comme le miel, la cire ou la propolis.

Celui qui observe sans préjugés leurs alvéoles construits avec une ingéniosité remarquable, les couleurs des pollens récoltés et la finesse des différents miels comprend pourquoi, dans les grandes civilisations antiques, l’abeille à miel a toujours été associée aux forces de sagesse et de lumière de la nature, prêtes également à fortifier intérieurement les êtres humains. Et la recherche actuelle montre elle aussi que différents produits élaborés par les abeilles constituent pour les hommes des remèdes très efficaces.

Le miel est l’un des remèdes cicatrisants pour lequel la documentation scientifique est la plus abondante.

Le miel, un remède cicatrisant

Sur le plan médical, le miel est l’un des remèdes cicatrisants pour lequel la documentation scientifique est la plus abondante, surtout dans le monde anglophone 2). C’est tout particulièrement le miel de manuka 3) de Nouvelle-Zélande qui a montré de façon convaincante son efficacité pour le traitement médical des plaies. En Nouvelle-Zélande, grâce à des programmes de recherche subventionnés par l’État, on a pu mettre au point des pansements médicaux spéciaux, répondant à toutes les normes sanitaires relatives aux matériaux modernes destinés à soigner des plaies par contact. On connaît depuis de façon très exacte les miels spécifiques et les techniques d’élaboration nécessaires pour fabriquer des pansements sûrs et hautement efficaces 4). L’activité enzymatique du miel nettoie délicatement la plaie, a une action antibactérienne et stimule la phase de granulation. Toutefois, si le miel est exposé trop longuement à la lumière, il perd cette force curative.

Coussin thermique naturel

Les rayons de cire constituent la charpente interne et la structure de maintien de la ruche. La cire d’abeille est, du point de vue chimique, une substance étonnante 2). Légèrement chauffée, elle se ramollit immédiatement, devient modelable et conserve en elle cette chaleur pendant un temps remarquablement long. En médecine, on peut utiliser ces propriétés dans des enveloppements de cire d’abeille chaude et des applications de cire d’abeille qui épousent l’anatomie de certaines parties du corps. Le transfert de chaleur qui s’effectue à un niveau profond dénoue les blocages et apaise les douleurs.

L’action antimicrobienne de la propolis

La propolis est une substance particulièrement intéressante du point de vue médical. Les abeilles récoltent les résines de certains bourgeons d’arbre et les transforment en une substance antimicrobienne hautement active, que l’on appelle la propolis. Cette substance assure une très bonne protection de la ruche contre les microbes les plus fréquents (bactéries, moisissures, etc.). Ces propriétés antimicrobiennes de la propolis sont également très intéressantes pour la médecine humaine. La cire d’abeille également contient de la propolis, en dispersion fine. Lorsque la cire vient juste d’être sécrétée par les abeilles, elle est blanche, ce n’est qu’au contact de la propolis qu’elle prend sa couleur jaune caractéristique.

La fabrication des bougies apaise la toux

Lorsque la cire fond, il se dégage toujours un peu de propolis. Les parents peuvent observer par exemple que leurs enfants, s’ils toussent en permanence, se calment tout à coup s’ils ont eu l’occasion de fabriquer des bougies de cire d’abeille. Dans la vapeur chaude de cire d’abeille, la propolis libérée peut déployer son action antimicrobienne. Dans le domaine médical, cet antibiotique naturel présente un intérêt certain, comme l’attestent un grand nombre de travaux scientifiques dans le monde entier. Mais étant donné que des dispositions allergiques chez certaines personnes peuvent entraîner de violentes réactions à la propolis, l’utilisation médicale de cette substance nécessite toujours des précautions et un soin particuliers.

Le venin d’abeille, un remède hautement actif

L’usage du venin, substance la plus active produite par les abeilles, exige des précautions d’emploi et un soin particuliers. L’analyse scientifique du venin a mis en évidence un grand nombre de substances thérapeutiques hautement actives 3). Dans la pharmacopée traditionnelle, le venin d’abeille est considéré comme un bon remède contre les douleurs articulaires et les maladies inflammatoires chroniques. Entre temps, des recherches médicales ont montré qu’une piqûre d’abeille libère des substances anti-inflammatoires propres à l’organisme, en quantité significative sur le plan clinique, ce qui donne à ces effets une explication recevable également par la médecine classique 5). Étant donné que chez des personnes allergiques, de fortes réactions au venin d’abeille peuvent survenir, ces thérapies sont réservées aux centres médicaux. En Amérique, en Asie et en Europe de l’Est, il existe un grand nombre de services externes d’apithérapie qui se sont spécialisés dans ces traitements au venin d’abeille.

Il existe différents préparats dynamisés à base de venin dont l’utilisation médicale est moins délicate. En homéopathie, Apis a fait ses preuves particulièrement dans les cas de réactions inflammatoires aiguës, présentant les principaux symptômes d’une piqûre d’abeille récente tels que rougeur extrême, élévation anormale de la température locale, gonflement et sensibilité au toucher (principe de similitude).

Dans la médecine élargie par l’anthroposophie, les produits issus des abeilles occupent également une place de premier rang. La Clinique Ita Wegman d’Arlesheim par exemple a élaboré à partir de ces produits différents remèdes, comme par exemple la propolis sous forme de teinture ou de baume contre les bactéries et les mycoses. On utilise également différents cataplasmes à la cire d’abeille, par exemple en cas d’infection des voies respiratoires ou contre des douleurs dorsales. On administre par exemple des préparations d’Apis dynamisées – dilutions comprises en général entre D3 et D30 – en cas de maladies présentant des réactions inflammatoires violentes, pour stimuler les forces d’auto guérison et la structuration interne.

La médecine élargie par l’anthroposophie postule une correspondance qualitative de l’abeille mellifère avec des forces de structuration supérieures, qui sont aussi à l’œuvre en l’être humain. Ces forces sont sollicitées et activées chez l’être humain par des remèdes utilisés avec précaution, issus de produits fabriqués par les abeilles. Ces dernières ne nous offrent donc pas seulement du miel sucré, mais également de précieux remèdes.

Dr. Clifford Kunz

1) Tautz, J., Der Bien, über den Superorganismus Honigbiene (« L’Abeille : à propos de l’abeille mellifère et de son superorganisme»).
2) Igelbrink D. / Krämer A.: Dissertation zur mikrobioziden Wirkung von antibakteriellem Honig, 2011 («Thèse sur l’action microbicide de miel antibactérien»).
3) Le miel de manuka est produit par les abeilles mellifères à partir du nectar des fleurs du Leptospermum scoparium.
4) Bogdanov S., www.agroscope.admin.ch
5) Krauskopf A. / Reiter C., Studie zum Einfluss des Bienengiftes auf den Cortisolspiegel des Menschen, 2007 («Étude de l’influence du venin d’abeille sur le taux de cortisol de l’homme »).

Faire un don

Le miel dans l’alimentation

Le miel est l’une des plus anciennes substances utilisées pour sucrer les aliments et peut entretenir à bien des égards la santé au quotidien.
• Nombreuses sans doute sont les person-nes qui connaissent 
l’action bénéfique du lait chaud additionné de miel dans le cas de maux de gorge ou d’encombrement
des bronches, ainsi que l’action calmante du miel le soir, qui peut même favoriser le sommeil. Ce sont surtout les miels foncés comme le miel de forêt ou le miel de sapin (miels de miellats) qui ont cette action apaisante.
• Il est fort probable que les abeilles incorporent également au miel leurs « forces formatrices ». Il est important de stimuler la fonction d’édification et de maintien des forces formatrices chez les personnes âgées. La consommation régulière de miel – une cuillère à café ou à soupe par jour suffisent – peut y contribuer. On peut donc recommander aux personnes âgées d’entreprendre, pour une durée significative, une cure de miel de ce genre. Elles le prendront alors directement, sans le diluer.
• Pour les jeunes enfants dont les « forces formatrices » sont trop faibles pour consolider leurs os (prédisposition au rachitisme), une prise quotidienne de miel, équivalente à la taille d’un petit pois, peut également être indiquée 1). Cette indication de Rudolf Steiner vaut pour de jeunes enfants jusqu’à l’âge de trois ans environ, et ensuite à nouveau à l’époque du changement de dentition, à sept ans et plus (âge scolaire), où ces « forces formatrices », libérées du travail de formation des dents qui est maintenant achevé, vont faire place à des forces liées au système neuro-sensoriel et à l’activité pensante. Chez les enfants, il est bon de dissoudre le miel dans du lait chaud (environ ¼ de cuillère à café). Il n’est pas souhaitable de donner des quantités supérieures à de jeunes enfants.

1) Les autorités recommandent de ne pas donner de miel aux nourrissons avant leur premier anniversaire. La raison avancée est que le miel pourrait contenir des germes de la bactérie produisant la toxine botulique, contre laquelle l’organisme du nourrisson ne peut encore se défendre.