Par respect pour la vie

Le FondsGoetheanum contribue substantiellement à la recherche sur « la poule à double usage ». Il aide à sauver du broyeur  des milliers de poussins fraîchement éclos. « Hahn im Glück », tel est le nom du projet, est un succès.  

Autrefois, il n’était pas vital que d’un œuf couvé par une poule sorte un poussin mâle ou femelle. La poulette deviendrait une poule pondeuse et son frère finirait à un moment ou à un autre sur une broche. On appelle cette poule d’autrefois « poule à double usage », mais rares sont les fermes où nous l’entendons encore caqueter. Aujourd’hui, nous sommes parvenus à un point où le sexe d’un poussin qui vient d’éclore est devenu une question de survie.

Poussins chanceux. Demeter leur offre un temps de vie.

Spécialisation aux dépens des poussins mâles

Que s’est-il passé ? L’élevage des  dernières décennies  a divisé les poulets de façon rigoureuse en deux catégories : les pondeuses spécialisées et les poulets de chair. Les poussins mâles des pondeuses à haut rendement devinrent  des déchets de la production d’œufs : en effet, par rapport à la quantité de nourriture reçue, ils engraissent trop peu – c’est pourquoi, un jour après leur éclosion, ils sont broyés ou gazés. La réponse des agriculteurs Demeter suisses à cette tragédie  sans paroles fut « Hahn im Glück » (d’après Hans im Glück, titre du conte de Grimm traduit parfois Jean-le-Chanceux NdT). Les lignes directrices de ce projet qui a vu le jour pendant l’été 2016 prescrivent l’élevage d’autant de poussins mâles que de poussins femelles et la croissance des frères des poules pondeuses dans des conditions biodynamiques.

« Le sexe ne doit pas devenir une question de survie. »

La chance signifie durée de vie prolongée

Comment peut-on parler de « chance » pour cette perspective de finir un jour en rôti du dimanche ? Autrement dit : qu’est-ce qui rend un poussin « chanceux » ? Les animaux de « Hahn im Glück » ont de bonnes conditions de vie. Ils complètent leur alimentation normale par de précieux nutriments qu’ils trouvent dans la nature : herbe, insectes et vers. Qui voit courir les vaillants coquelets sur la prairie peut profiter de leur joie de vivre communicative.

Le long chemin vers la poule à double usage

Le projet « Hahn im Glück » nécessita une recherche préalable et l’éclaircissement de plusieurs questions.  Celles-ci furent  le premier pas sur la voie d’une race écologique, robuste et résistante,  dont les mâles sont engraissés pendant l’élevage pour leur viande et dont les femelles pondent suffisamment d’œufs de la taille souhaitée.

Les paysans biodynamistes ont en outre décidé que leur propre ferme elle-même devait progressivement fournir  la nourriture pour les volailles. Les charges supplémentaires de l’élevage des poussins mâles sont couvertes par le prix plus élevé des œufs « Hahn im Glück ». De ce supplément, une partie va dans un fonds qui soutient l’élevage indépendant de poules à double usage performantes. D’autres recherches ciblées sur la poule écologique à double usage sont nécessaires de toute urgence. Toutefois, il n’a pas encore été possible  de réaliser un projet de recherche uniquement pour la Suisse.

Un signe fort pour la vie

En 2017, les paysans biodynamistes décidèrent qu’à partir de janvier 2019, les directives strictes de « Hahn im Glück » prévaudront dans tous les domaines agricoles. Ils sont ainsi la première organisation suisse à émettre un signal fort pour le respect de la vie, ce qui correspond à un souhait profond des consommateurs.

Herman Lutke Schipholt 
IG Hahn im Glück

Faire un don