Les enveloppes des préparations biodynamiques

Les préparations biodynamiques sont au centre de l’agriculture biodynamique. Il s’agit de donner à l’agriculture, très pratiquement et très concrètement, à l’aide de ces préparations,  de nouvelles forces guérisseuses, de nouvelles impulsions.

Les enveloppes sont essentielles pour les préparations biodynamiques. Elles métamorphosent et sensibilisent la substance. On peut percevoir cette métamorphose dans le nouveau parfum, lorsque les préparations, après maturation, sont retirées de leurs enveloppes et préparées pour l’emploi.

Enveloppe pour les deux préparations à pulvériser : la corne de vache est très vascularisée et croît durant toute sa vie. © Copyright : Salz&Pfeffer

Composées consciemment

La composition des préparations biodynamiques n’est pas due au hasard. Les plantes médicinales utilisées, de même que les enveloppes,  indiquent de quel processus elles sont les instruments, quelle impulsion est vivante et active dans les différents organes et dans la plante.

Les enveloppes utilisées pour les préparations biodynamiques sont entre autres les cornes de vache, l’intestin grêle de celle-ci,  qui était utilisé autrefois pour la préparation des saucisses – le péritoine qui enveloppe souplement les organes de digestion, et également la vessie de cerf.

Les antennes du cerf

Quand un animal  comme le cerf  se lie à son environnement, jusque dans les lointains cosmiques,  en raison de son intense activité de perception et que ses bois« écoutent », semblables à une antenne tournée vers le dehors, dans la nature environnante et dans le monde des étoiles, il se développe en réponse dans le corps des mouvements psychiques qui modèlent ses organes. Dans son allure extérieure également,  le cerf, ruminant porteur de bois, perçoit et se meut très différemment de la vache. Ses bois n’ont pas de relation directe  au sinus, au contraire de la vache, ils n’ont pas de nerfs et sont faits de substance osseuse. Ils tombent tous les ans et de nouveaux se forment.

Le calme incarné

La vache – contrairement au cerf – vit en broutant et ruminant, vit dans le calme, tournée vers le dedans. Elle développe ses cornes à partir de la région de l’os frontal, avec un bouchon osseux qui se creuse. Elles sont formées par la peau et se composent principalement de cellules cornées, mortes, emplies donc de protéines fibreuses. Les sinus de la vache pénètrent dans ses cornes, dans lesquelles d’une part montent les gaz de sa panse et où d’autre part des gaz sont éliminés. La corne est très vascularisée et croît durant toute sa vie. Les vaches des fermes biodynamiques portent leurs cornes.

Signification globale

Si nous le comparons avec la vache, nous pouvons parler d’un cerf « nerveux ». Le mouvement de l’âme, toute la vivacité psychique et les perceptions se reflètent dans un organe comme la vessie. Nous connaissons  ce phénomène chez nous-mêmes : la vessie suit beaucoup plus fortement les réactions de l’âme – joie, trac, stress – que par exemple le foie. Ces perceptions instaurent en conséquence une dynamique différente chez le cerf et chez la vache. Ce principe vaut également pour le choix des autres enveloppes des préparations. Les agriculteurs biodynamistes sont conscients de la force qui se trouve dans ces organes.

Georg Soldner, pédiatre, directeur adjoint de la Section Médicale

Pour se procurer les préparations :

Gärtnerei am Goetheanum, Postfach 4143 Dornach, 061 706 43 61
gaertnerei(at)goetheanum.ch;

Alexander Blaser, Hof Niederried, 3433 Schwanden, 079 435 81 36 
alexander.blaser(at)gmx.ch;

Gartenbauschule Hünibach, Chartreusestrasse, 3626 Hünibach, 033 244 10 20 
info(at)gsh.ch;

Walter Stappung, Längimoosstrasse 6, 3075 Rüfenacht, 031 832 62 68

Faire un don