L’alimentation est bien plus que la somme des substances nutritives

L’alimentation est un concept qui va du champ à l’assiette. Plus la terre est saine, plus ce qui arrive sur la table est sain. En tant que consommateurs, nous voulons savoir, voir, goûter ce qu’il en est de nos aliments. Nous voulons « rencontrer l’aliment ».

« Meet food, not nutrients » : « rencontrez l’aliment et non l’élément nutritif », voilà ce que Hanni Rützler, experte en tendances alimentaires, désigne comme un besoin grandissant. Nous voulons savoir d’où viennent les noix de macadamia, comment elles sont transformées et si la paysanne du Kénia qui les récolte, dispose de suffisamment de terre pour nourrir sa famille. Nous voulons ressentir l’impression typique que fait le chou-rave, nous ne voulons pas seulement manger un tubercule vert clair, dur, aqueux et fade.

Varié comme un beau concert

Mais faisons un pas en arrière. Vous vous êtes certainement demandé ce qu’est une alimentation saine. Doit-on suivre les recommandations concernant la valeur nutritive et faire attention à l’apport correspondant en protéines, matières grasses, hydrates de carbone, minéraux et vitamines ? Est-ce que nous nous régalerions avec satisfaction d’un mélange de substances nutritives ? C’est parce que nous  avons envie de manger des carottes et non des caroténoïdes, du bircher muesli et non des bêta-glucanes que nous ne nous sentons pas nourris si nous prenons uniquement en compte les composants, si nous nous contentons de les ingérer.

Un texte est plus que la somme des lettres utilisées. Ce n’est pas non plus aux notes particulières que nous reconnaissons une mélodie.  Une alimentation saine est l’harmonie de nombreux composants et facteurs, un ensemble de savoirs, de compétences, de tours de main,  d’attention, de soin, et de qualité : un concert.  La manière dont le plat est préparé et présenté   joue un rôle tout aussi important que la qualité du sol,  le mode de culture, les semences utilisées, la santé et la vitalité des ingrédients, des produits, des aliments.

Manger consciemment stimule la santé et le plaisir

C’est lorsque l’on mange que commence notre contribution toute personnelle à l’alimentation saine : percevoir consciemment ce qui se trouve sur l’assiette, son odeur,  son apparence et son goût. Mais ce n’est pas encore la fin du repas ; je reste concentré sur moi et observe si ce repas est digeste et si je me sens nourri et conforté.

Pour les diététiciens, manger consciemment est le premier pas vers la guérison. Si nous abordons le repas de cette manière, nous remarquons rapidement que nous devenons sensibles à la qualité des aliments et que nous rencontrons la carotte en tant que carotte et le lait en tant que lait. Cette qualité « intérieure » est intensifiée par l’agriculture biodynamique. On peut percevoir cela Une dégustation de vin le montre clairement : le terroir s’y manifeste avec plus de nuances.

Dr Jasmin Peschke, écotrophologue, Section d’ Agriculture

Bibliographie
Masson, P. et Masson, V. (2012) : Guide pratique pour l’agriculture biodynamique www.biodynamie-services.fr

Hurter, U. (2014) Agrikultur für die Zukunft, Verlag am Goetheanum, Dornach

Rudolf Steiner: Agriculture. Fondements spirituels de la méthode bio-dynamique, Éditions Anthroposophiques Romandes, 2006.

Rudolf Steiner : Le cours aux agriculteurs, Novalis, 2009. 

Faire un don